A l’occasion de son 30ème anniversaire, le FPR organise un Congrès : pas de pavane !

Redigé par NDJ
Le 14 décembre 2017 à 03:59

Les membres du FPR Inkotanyi fêtant en couleur le 30ème anniversaire de l’existence de leur famille politique, ont tenu un Congrès du parti. Ce Congrès est tenu pour durer trois jours du 14 au 16 décembre 2017. Ce Congrès sera l’occasion de dresser un bilan des réalisations de cette famille politique durant ses 30 ans d’existence.

Les travaux de ce Congrès ont été lancés par le Chairman Paul Kagame au majestueux QG du FPR dans le quartier Rusororo, à l’Est de la Ville de Kigali.

Il est prévu, à la deuxième journée (vendredi) des travaux du Congrès, une communication sur les stratégies à prendre pour que le Rwanda viennent à bout des défis mondiaux et pour qu’il puisse exploiter les opportunités actuelles de son développement.

Bref historique du FPR
Le 25 Décembre 1987, à la conclusion des travaux de RANU (Rwanda Alliance National Unity) , ce dernier mouvement qui a quelques dix ans d’existence décide de se muer en FPR-Inkotanyi qui se dote de documents fondateurs précisant les objectifs et les buts du mouvement y compris ses statuts et un code de discipline de parti.

Le RANU qui laisse la place au FPR était né en 1979 avec des Rwandais qui vivaient au Kenya. La longue marche du FPR vers la libération et, plus tard, la reconstruction du Rwanda est l’objet de cet anniversaire célébré au Rwanda et ailleurs à l’étranger où il y a d’importantes communautés de Rwandais.

"Economisez vos énergies que vous utilisez pour vous pavaner selon quoi vous êtes des modèles des autres peuples du monde pour vous développer", a dit le Chairman du FPR et Président de la République, Paul Kagame.

Très perspicace, le Chairman trouve que le temps n’est pas encore venu pour le grand soir.
"Il n’y a pas lieu de vous pavaner, beaucoup de problèmes à régler !", a-t-il dit très sérieux avec cette force d’airain de ramener le gouvernail dans la bonne direction.

"Vous vous faites la part belle. Vous êtes les modèles d’autres peuples, dites-vous ? Pourtant il y a des défis que vous, les cadres du parti, avez escamoté. Cette pavane n’a pas de raison d’être. Cette énergie est nécessaire pour contribuer à apporter des solutions à ces défis", a tancé le Chairman dans une salle de plus de mille délégués si calme qu’on pouvait entendre une mouche voler.

"C’est la troisième fois que je vous fais cette remarque, vous les cadres du parti. Ce n’est pas une attitude de parti de vous pavaner jusqu’à ce que les jeunes gens eux aussi entonnent ce refrain. Vous devriez ne pas prêter attention à ce slogan et plutôt travailler davantage. J’espère que ce sera la dernière fois que je fais cette sortie", a dit le Chairman rappelant à son audience qu’elle doit être attentive aux déviances culturelles surtout dans les relations Enfants-Adultes rwandais.

Une allusion à la propagande médiatique occidentale brandissant la crainte d’être fiché comme portant atteinte aux droits de l’homme a été au centre de l’attention du Chairman du Parti FPR. Tout en critiquant les Rwandais qui roulent dans l’ombrage des groupes d’influence occidentaux, Paul Kagame a dit que cela est synonyme de perte de la Rwandité profonde culturelle.

« Des lobbies occidentaux par divers canaux tempêtent à l’arrestation d’un individu au Rwanda. Une jeune fille qui a voulu briguer la candidature présidentielle a été emprisonnée, crient-ils. Ils lui auront promis qu’ils vont sonner tous cors médiatiques qu’ainsi le régime craindra de se faire mal voir dans la Communauté internationale. Mais nous les gens du FPR Inkotanyi faisons des analyses profondes de telles situations et décidons de ne pas y prêter trop d’attention. A ceux-là qui crient de loin, nous leur avons dit que de telles situations existent aussi chez eux. Et ils lâchent la personne… », a dit Paul Kagame faisant une allusion claire à la jeune Diane Rwigara poursuivie judiciairement pour faux et usage de faux en politique et d’atteinte à l’ordre public et d’association avec des groupes négatifs et provisoirement écrouée à la prison centrale de Kigali.

Le Chairman Paul Kagame est perspicace dans sa praxis. Il met à nu les menées de certains lobbies occidentaux qui minent de façon insidieuse les régimes révolutionnants du Tiers Monde… « Ils ne pensent pas que, dans notre quête d’étayage de notre unité, autant qu’ils le font chez eux, que nous accuser de cette volonté pratique de recherche et de veille à notre unité, c’est pour nous un grand honneur, un motif de fierté : Nous tenons à notre unité, notre sécurité, à cette conjugaison d’efforts pour aller le plus loin possible dans le développement », a dit Kagame faisant de son discours une causerie politique et tout un programme pour les 1000 cadres de son parti rassemblés pour deviser et puiser de nouvelles forces pour faire rayonner la Famille FPR-Inkotanyi pour pour durer plus de cinquante ans.

Un leitmotiv : Veiller aux acquis de la libération
Le chairman de la famille politique du FPR n’a cessé de rappeler à ses cadres qu’ « il faut investir beaucoup de capacité pour continuer à nous développer, d’assurer la sécurité de nos réalisations, de parfaire nos connaissances scientifiques et être assez affables dans la coopération avec nos voisins et autres peuples de la Communauté internationale ».

Kagame va du théorique, de la vision à la réalité pratique partant des aspirations des citoyens rwandais. Pour lui, la finalité de tout leadership, de toute gouvernance positive tourne autour de la satisfaction des citoyens qui sont en quête de « bonnes conditions de vie, de l’accès aux études pour leurs enfants, la sécurité, l’emploi, la création de leurs propres micro entreprises viables… C’est pourquoi ces citoyens nous confient ces responsabilités… ».

Et pour finir, quel profil citoyen souhaité par le Chairman ?
« Le Rwanda devra être, dans un avenir donné, un pays où aucun citoyen ne doit éprouver de problème », a-t-il rêvé tout haut avant de tancer ces responsables qui, au cours de l’exercice de leurs fonctions, pensent à accaparer les richesses leur dues et indues.

Le Chairman du FPR-Inkotanyi a revisité la longue marche du FPR de l’organisation de ses rangs et structures en passant par la guerre de libération pour tomber dans de nouveaux défis de reconstruction d’une société exsangue. Pour lui, « les problèmes et défis ont changé de qualité et d’acuité. Cela n’a pas empêché de les résoudre et d’avancer d’une étape à une autre », a-t-il dit avant d’insister une recommandation de taille :

« Le grand problème qui soit est le conservatisme, ne pas se prêter aux changements de mentalités, ne pas vouloir étudier et monter dans les connaissances, savoir-faire et aptitudes… tout cela dans une attitude de solidarité agissante ».

Le Président Paul Kagame met en garde de tels individus qui, sans y faire attention, raffermissent les détracteurs du régime, « ceux-là qui n’ont jamais souhaité voir le Rwanda vivre sa paix, qui ont une brèche plus grande pour nous combattre ».

Kagame va clarifier ce qu’il veut faire entendre : « Les responsables de tous les niveaux qui promeuvent leurs intérêts avant les intérêts de la communauté ou ceux de la famille politique FPR-inkotanyi ne font que renforcer le pouvoir destructeur de ces détracteurs et autres adversaires fous furieux de notre régime », a dit Paul Kagame brossant ainsi l’image modèle d’un cadre de parti qui doit être suffisamment éduqué et instruit pour mieux maîtriser ses démarches de tous les jours afin de faire que le parti-moteur du gouvernement ne se rouille.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité