Urgent

Les réseaux sociaux auraient pu prévenir le génocide des Tutsi en 1994

Publié par Editor
Le 26 septembre 2011 à 07:03
Visites :
56 2

Twitter et d’autres formes de réseaux sociaux auraient pu empêcher le génocide des Tutsi rwandais qui a coûté la vie à plus d’un million de personnes dans les années 1990, si une telle technologie existait à l’époque, prétend l’auteur d’un nouveau livre sur la façon dont les Nations Unies peuvent mobiliser la haute technologie dans ses missions.

Walter Dorn, professeur au Collège des Forces canadiennes, affirme que les réseaux sociaux peuvent être utilisés par les agences de l’ONU et d’autres pour recueillir des renseignements et des conseils sur la violence imminente ou comme une méthode pour avertir le public sur d’éventuels dangers.

« Cela pourrait être l’utilisation de Twitter, Facebook et divers réseaux sociaux pour envoyer des informations directement au public et en revanche, beaucoup d’informations émanant du public », a déclaré Dorn, l’auteur du nouveau livre « Keeping Watch » : surveillance, technologie et Innovation dans les opérations de paix de l’ONU.

Twitter, Facebook et les images captées par les caméras des téléphones portables ont joué un rôle clé dans les soulèvements au cours des derniers mois dans le monde arabe.

Elles ont été utilisées pour transmettre des détails sur la violence par les forces de sécurité en Egypte et en Syrie, alors que Facebook a été employé par des manifestants en Tunisie pour diffuser la dissidence au sujet du régime au pouvoir.

Facebook a été lancé en 2004 et Twitter en 2006.

Dorn, qui a servi dans les opérations de maintien de paix de l’ONU et comme consultant pour le ministère de l’organisme mondial des opérations de maintien de la paix, a déclaré que les réseaux sociaux pourraient avoir servi au Général Canadien Roméo Dallaire, soit comme moyen de prévenir la population au Rwanda sur les massacres qui ont eu lieu en 1994 ou pour recueillir des informations sur le génocide qui se tramait.

« Je pense qu’il est beaucoup plus probable qu’il (génocide des Tutsi) aurait pu être évité s’il y avait eu les réseaux sociaux à l’époque », a déclaré Dorn.

Environ plus d’un million de personnes ont été tuées en 1994 au Rwanda en majorité des Tutsi.

La plupart des meurtres ont été effectués sur une période de 100 jours.

Dallaire, commandant de la force de l’ONU présent sur le terrain à l’époque ne pouvait guère arrêter les massacres.

Dans son avant-propos dédié à Dorn, Dallaire écrit que la mission du Rwanda a soulevé les problèmes du manque de renseignements et d’analyse dans le maintien de la paix de l’ONU.

« Nous nous sommes retrouvés travaillant dans un vide d’informations, parfois à tâtons dans l’obscurité afin d’identifier et d’affronter les forces obscures et les réseaux informels qui sont devenus remarquables seulement après le début du génocide », a écrit Dallaire, aujourd’hui sénateur libéral.

Il a fait savoir que l’ONU doit faire un meilleur usage des technologies modernes et « doit être consciente de l’énorme potentiel des technologies de pointe pour sauver des vies et soulager la souffrance humaine ».

Dorn a déclaré que les renseignements recueillis auprès de réseaux sociaux devraient être corroborés par l’ONU, mais ils pourraient être utilisés pour fournir des données brutes.

Il a souligné que les réseaux sociaux sont une forme de communication attrayante, car ils sont devenus si répandus dans le monde en développement.

Les téléphones cellulaires sont maintenant un formulaire standard de communication en Afrique où une personne sur trois est capable de transmettre ou de recevoir un appel téléphonique en utilisant un portable.

Un rapport a noté que les abonnements mobiles en Afrique sont passés de 54 millions en 2003 à 350 millions en 2008.

« Il y a cette pénétration des téléphones cellulaires et les énormes smartphones dans le monde en développement », a expliqué Dorn. « Ils nous ont amenés à sauter toute une génération de technologie de la ligne fixe ». 


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité